Prix Bouquin Malin 2011

Claire Clément, béret rouge estampillé Laulhère sur la tête, semblait sincèrement ravie de recevoir, hier à Jéliote, le prix Bouquin malin 2011. Décerné par les élèves de 3e cycle des écoles du territoire de la CCPO, il a été remis devant près de 450 bambins par l'équipe de la médiathèque du piémont.

« Des ailes dans le dos »

« C'est bouleversant, pour un auteur qui travaille en solitaire, de rencontrer autant de ses lecteurs, a réagi Claire Clément, qui vit sur une péniche à Paris avec sa famille. Je suis très émue de recevoir ce prix. Je vais retourner chez moi avec des ailes dans le dos. » Mais également, pourrait-on ajouter, avec des souvenirs d'Oloron, des chocolats Lindt à la bouteille de Jurançon, en passant par le béret.

Elle n'avait jamais vu les Pyrénées d'aussi près, cadre du récit de « La petite Cailotte », le roman primé. L'histoire suit les aventures de Line, une jeune fille qui vit avec ses deux frères, Titou et Tony, leur grand-mère Amona et leur père, dans une maison dans les Pyrénées. Sa mère, morte après la naissance de Titou, lui manque beaucoup. Quand la nourrice de Titou (inspirée de la propre nourrice de l'auteur lorsqu'elle avait trois ans) se casse le col du fémur, l'assistante sociale décide de le placer en famille d'accueil. Line, furieuse, s'enfuit avec son petit frère dans la montagne se mettre sous la protection d'Ivan. Un ours des Pyrénées.

Le récit a su séduire les jeunes lecteurs. Et, dans la salle Jéliote, les questions ne manquent pas. « Avez-vous écrit ce livre qui parle de la disparition des ours parce que vous êtes écologiste ? », interroge un écolier. Claire Clément assume « l'hymne à la nature » et sa « fascination pour cet animal » tout en jaugeant que le sujet est ici sensible.

Certains ont pris tant de plaisir qu'ils aimeraient une suite aux aventures de Line. « Elle a déjà eu assez de malheurs, la petite Caillotte, tranche l'auteur. Je lui souhaite une vie très heureuse, mais sans moi. » Claire Clément raconte également qu'elle a commencé à écrire « dès l'âge de 10-12 ans », dans des carnets qu'elle conservait dans des tiroirs. De quoi susciter des vocations. Et pour elle, une envie renforcée de continuer. « Ce prix est superbe. Vous m'avez donné des ailes. »

 

===> Belles lettres d'enfants aux écrivains

Treize enfants ont reçu des livres en cadeau pour les lettres qu'ils ont envoyé aux treize auteurs en lice pour le prix Bouquin malin 2011. Des « critiques » souvent très argumentées, ponctuées d'encouragements (« j'espère que vous écrirez d'autres livres ») ou de légères réserves (« les dessins n'étaient pas très réussis »). Et qui se terminaient par des distinguées « salutations littéraires » ou de chaleureux « bisous ». Bref, des critiques comme tout auteur rêverait d'en avoir.

Please publish modules in offcanvas position.