vendredi, 29 mars 2013 09:37

Noé

"Qui ne rêverait à dix ans de quitter l'école et de larguer les amarres? Après la mort de sa mère, les grand-parents mariniers de Noé l'embarquent à bord de leur péniche.

Comme dans Loulette, son précédent roman, Claire Clément a l'art de conter à petites touches les blessures de la vie pour les transformer en bulles de bonheur qui éclatent à fleur de peau, le temps d'un frisson."

Lire

"Le récit raconté avec pudeur est lent comme la marche sur l'eau, mais sans ennui. le sujet original traité avec compétence - l'auteur vit sur une péniche aménagée - entraîne le lecteur vers un monde différent qui est à la porte de chez lui."

-Notes Bibliographiques (LJA)

"Après la mort de sa mère, Noé multiplie les rencontres, comme Freddy le capitaine du Bon Vent, ou bien Homère, le canard, un poème à lui tout seul, ou encore Gaëlle, pour qui son coeur va battre.Il découvre une nouvelle vie le long des berges de la Seine... Un roman plein d'émotions et d'humour que nous recommandons fortement."

Je Bouquine

"Plus de 40.600 jurés, âgés de 4 à 94 ans, ont participé à la 12ème édition du prix Chronos de littérature, organisé par la fondation nationale de gérontologie. Sur le thème " grandir, c'est vieillir; viellir, c'est grandir", jeunes et moins jeunes élisent des albums et des romans qui traitent du vieillissement, des relations entre les générations, de la transmission des savoirs, des secrets de famille et même de la mort. Les CM1-CM2 ont distingué "Loulette". Lou tente de redonner le goût de vivre à son grand-père, après la mort de sa grand-mère."

-Le quotidien du médecin.

- "On est ému par la détresse du grand-père, par l'énergie de sa petite-fille et par leur profonde complicité. l'auteur décrit avec sensibilité l'évolution intérieure de ses personnages : le deuil, la vieillesse, la maladresse des accompagnants, la révolte des proches, sont analysés avec justesse."

-Notes Bibliographiques

- "Ce livre m'a émue et je le recommande ! s'enflamme Naéma de Nantes qui a dévoré d'un trait l'histoire de Loulette. j'ai aimé la façon dont Loulette s'occupe de son grand-père. moi, je n'aurais pas fait ça, j'en aurais parlé à mes parents mais je l'ai trouvée très courageuse. le grand-père disant d'elle qu'elle était sa " chance" et c'est ce qu'elle est vraiment !"

-Coup de coeur de Lire Junior.

- "Pour sa onzième édition, le prix Chronos de littérature, qui a pour but d'amener les enfants à porter un regard positif sur les personnes âgées, a été décerné à six ouvrages, dont Loulette, de Claire Clément, Bayard, 166 pages, 9,90 euros."

-Le Monde

- "Avec Loulette, Claire Clément signe un livre doux et drôle sur un thème pas facile : le deuil. On lui a demandé ce qu'elle avait mis dans ces pages parce que' franchement, à la fin, ça pique les yeux. Elle n'a pas répondu. beaucoup d'elle, sans doute."

-Dlire.

- "Belle et tendre histoire racontée avec douceur. Loulette se frotte à la vie et se trouve plongée très tôt dans les grandes questions existentielles et même aux problèmes de société. Cette histoire est belle comme parabole qui donne la force de regarder la vie en face, même si elle fait mal."

-Libbylit ( revue belge de la littérature jeunesse ).

- "On est ému par la détresse du grand-père, par l'énergie de sa petite fille et par leur profonde complicité. L'auteur décrit avec sensibilité l'évolution intérieure des personnages ; le deuil, la vieillesse, la maladresse des accompagnants, la révolte des proches, sont analysés avec justesse.."

-Livres jeunes aujourd'hui.

- "Malgré l'invraisemblance de la situation, le roman retient l'intérêt grâce à l'émotion que suscitent les personnages finement présentés, dans un récit mené avec dynamisme et tendresse."

-La revue des livres pour enfants.-

décerné par les enfants de 11 à 13 ans pour Noé

Voici quelques photos de la remise des prix, et des rencontres avec les enfants, une ambiance chaleureuse.

Interview d'un journaliste concernant ce prix. Succès du 2ème Prix littéraire ados des Hautes-Pyrénées

Il suffisait de voir les visages de tous ces jeunes lecteurs réunis au Conseil Général pour en être convaincu : ce 2ème « Prix littéraire ados des Hautes-Pyrénées » est un superbe succès !

Près de 400 lecteurs qui ont joué les jurys littéraires, des auteurs qui ont sillonné le département, des rencontres, des échanges. Une belle opération de promotion de la lecture, menée tambour battant par la Bibliothèque Départementale, qui s’est terminée jeudi dans la salle des délibérations du Conseil Général par la remise des prix à « L’âge d’ange » d’Anne Percin et à « Noé » de Claire Clément que nous avons rencontré pour vous.

-Pouvez-vous nous présenter ce « Noé » qui vient de remporter le prix ados 11/13 ans ?

>C’est un enfant qui attend sa maman à l’école après la classe. En fait sa maman ne viendra pas car elle est morte dans un accident de voiture. Il ne connaît pas son père que sa mère à toujours présenter comme quelqu’un qu’il valait mieux ne pas connaître. Il est pris en charge par ses grands parents paternels qui vont comploter pour lui présenter son père sans lui dire pour qu’il ne le rejette pas aussitôt. Il va faire le deuil de sa mère, mais aussi faire le deuil d’une mère parfaite. Il va comprendre qu’elle a eu des tord, qu’elle n’aurait jamais du l’empêcher de connaître son père.Tout cela se passe dans le milieu des mariniers, que j’aime beaucoup. Je vis moi-même sur une péniche ! -Que vous renvoient tous ces jeunes que vous avez rencontrés dans les collèges des Hautes-Pyrénées ? Ils réagissent à cette histoire. Hier un enfant m’a dit « Noé, il m’a beaucoup ému, c’est le meilleur livre que ne n’ai jamais lu. C’est encore mieux qu’Astérix ! ». C’est un hommage qui m’a beaucoup fait rire ! Il y a ce milieu des mariniers qui les intéresse énormément, avec la navigation et tout le reste. Mais c’est surtout un roman qui les touche. Le thème de la mort bien sur. En général, on évite de les confronter à ça, on les met à l’écart. Ou ils voient la mort à la télé, mais c’est en dehors d’une histoire. Je trouve que ça fait partie du devoir d’écrivains de parler de drame, de problèmes de ce genre pour les aider à anticiper des choses de la vie comme la mort mais aussi la séparation, les pères ou les mères qui ne sont pas parfaits, la maltraitance. Anticiper pour voir, reconnaître et devenir intelligent par rapport à des choses comme ça.

-Est-ce un plaisir de rencontrer ces jeunes lecteurs ?

>L’écriture est une activité solitaire. Il y a un moment où on s’interroge. Beaucoup d’écrivains rencontrent peu leurs lecteurs. Les écrivains « vieillesse » ne le voient que dans les salons. Nous, les écrivains « jeunesse », on passe des heures avec nos lecteurs ! Ces rencontres sont importantes pour moi. Je suis ému à chaque fois. Et puis c’est stimulant ! On a besoin du rendu de nos lecteurs. Il y a la presse, mais c’est nos jeunes lecteurs qu’on voit qui rende le résultat de notre récit plus concret, c’est vraiment touchant. Les enfants sont spontanés, ils osent nous dire les choses telles qu’ils les ressentent !

Propos recueillis par Stéphane Boularand

vendredi, 29 mars 2013 09:03

Oualid président

"Lors d'une visité avec sa classe à l’Élysée, Oualid entend la fanfare de la garde républicaine. Il est subjugué par le son du cor. A partir de cet instant, sa vie va basculer. Il mettra tout en œuvre pour approcher cet instrument et à apprendre à en jouer. sa volonté, son intelligence, son optimisme et son humour seront très utiles pour atteindre cet objectif. Un roman dynamique, facile à lire, optimiste et positif...

Récit court et très fort qui prouve, si besoin était, qu'il faut faire confiance aux enfants et que leur avenir n'est pas tout tracé."

-Citrouille.-

Page 19 sur 23